Les vignerons sur le terrain avec la lpo

Bruce RONCHI de la LPO (Ligue de la Protection des Oiseaux) a été le guide d’un petit  groupe de viticulteur lors d’une sortie dans le vignoble.

Le but de cette sortie était de montrer comment gérer les haies, arbres, murets existant afin de favoriser la nidation d’oiseaux ou autres animaux.

Plus il y a de micro habitats plus il y aura de biodiversité.

Les murs en pierres sèches sont beaucoup plus utiles couverts de végétations que nus : il faut implanter ou conserver la végétation sur le haut du mur ou au pieds de celui-ci.

La mise en place de pierrier (milieu sec) est intéressante pour la faune et la flore.

Des micro habitats peuvent également être mis en place grâce aux branches issus de la taille des arbres laisser au sol.

La fauche de l’herbe devra se faire en septembre afin d’avoir le moins de répercussion sur la faune. On peut également pratiquer la fauche différenciées : une fauche mi juillet et une fauche en septembre sur deux zones différentes (chacune fauchée une seule fois), favorisant ainsi différentes espèces faunistiques ou floristiques.

Une zone appelée ourlet entre la tournière et la haie permettra de faire la transition avec la haie. Cet espace est le milieu de vie de nombreux insectes auxiliaires. Il sera fauché annuellement, voire tous les deux ans.

Lors de l’implantation de seigle ou toute autre céréale à paille en enherbement inter rang temporaire, il peut être intéressant d’introduire en mélange quelques plantes messicoles. Il s’agit de plantes sauvages ayant évolué en parallèle aux plantes cultivées, les pratiques culturales traditionnelles assurant un certain équilibre entre plantes sauvages et cultivées dans la parcelle. L ’amélioration des plantes cultivées et l’utilisation de produits phytopharmaceutiques ont rompu cet équilibre, provoquant un effondrement des populations de messicoles. Ces dernières permettent de diversifier la flore au cœur de la parcelle, et ainsi d’accueillir une plus large diversité d’insectes, auxiliaires ou pollinisateurs. Ces plantes sont représentées par les coquelicots et les bleuets pour les plus connues, mais certaines sont très menacées comme les nigelles et les adonis. Nombreuses espèces germent en automne ou en hiver, assurant un couvert hivernal dans les inter rangs temporaires.

La conservation de la végétation sur les talus est également propice à la biodiversité. La fauche devra se faire une fois par an ou tous les 3 ans, sur une largeur minimale de 40 à 50 cm.

L’implantation de haies basses (1m à 2m) permet une meilleure conservation de la faune. Pour être intéressante une haie doit au moins avoir une largeur de 2 m. L’implantation se fera en quinconce, 1 pieds tout les mètres.

Les haies doivent être taillées tout les 1 à 3 ans, le mieux est d’utiliser des disques.

Il faut mettre en place une continuité entre les différentes haies. Pour que les oiseaux qui y nichent ne se sentent pas en danger, et faciliter leurs déplacements le log de celles-ci.

De nombreux insectivores tels les Fauvettes, les Pouillots et les Pies-grièches vivent dans des réseaux de haies, s’abritant dans leurs entrelacs épineux.

Les nichoirs

C’est le diamètre du trou d’entrée qui détermine l’espèce qui fréquentera le nichoir. Par exemple un trou d’envol de 26 à 28 mm pour la mésange bleue, 32 à 34 mm pour la mésange charbonnière et Rouge-queue à front blanc. L’ouverture doit toujours être orientée vers l’Est avec une vue dégagée afin que l’oiseau puisse voir ce qu’il se passe à l’extérieur. Placez le nichoir assez haut afin qu’il soit à l’abri des prédateurs.

Un nichoir isolé au milieu d’une parcelle ne sera par utilisé par les oiseaux.

Il faut savoir que certains oiseaux se déplacent peu, par exemple la chouette chevêche ne se déplace à pas plus de 10 km de son lieu de naissance, il faut ainsi créer des milieux favorables pour pouvoir favoriser les échanges entre les populations.

Les plus petits oiseaux comme les roitelets s’éloignent rarement à plus d’une dizaine de mètres de leur nid pour chasser.

RAISONNÉ, INTÉGRÉ, BIO : les grandes différences

►    Historique
►    Viticulture raisonnée
►    Viticulture intégrée
►    Viticultures biologique et biodynamique

Les documents exposés par le Dr. Ernst Boller – OILB

Le concept de lutte intégrée
Les listes vertes et jaunes
Le canevas de grille de contrôle en projet
Les abris des auxiliaires au vignoble
Intérêt comparé des différentes essences au vignoble
Des idées pour raisonner l’entretien des sols

A LA SAINTE CATHERINE TOUT PREND RACINE !

Le 25 novembre nous renouvelleront notre action de plantation d’arbres dans le vignoble alsacien.
Nous invitons tous les viticulteurs alsaciens à prendre part à cette manifestation afin de maintenir et développer une biodiversité à notre vignoble.