La vigne et son écosystème

La vigne est en relation avec son environnement :

Le sol :

Le sol est le support nourricié de la vigne. La décomposition naturelle des débris végétaux tels que sarments, feuilles, et enherbement permet d’entretenir une partie de l’humus du sol.
Cet humus permet le maintien du garde manger de la vigne, d’autre part le complexe argilo humique permet une rétention de l’eau. Le sol est également l’habitat d’une flore microbienne et de lombrics. Cette faune dégrade la matière organique et participe à la structuration du sol. Les lombrics en creusant des galeries favorisent la circulation de l’eau et de l’air, ainsi que le développement racinaire. Plus un sol sera riche en matière organique et plus la « vie » du sol sera importante.

L’enherbement des inter rang et des tournières : 
Qu’il soit semé ou naturel, permanent ou temporaire, l’enherbement participe à l’entretien de la matière organique du sol. Plus un sol sera riche en matière organique et plus la faune et donc la vie du sol sera importante. L’enherbement apporte d’autres bienfaits : en faisant concurrence à la vigne il permet de limiter la vigueur de celle-ci, l’expression végétative sera plus faible et la vigne sera moins sensible aux maladies fongiques (notamment le botrytis) : la vendange sera de qualité.
L’enherbement permet également une absorption facilitée du magnésium et du phosphore.
On reconnaît l’effet bénéfique de ce mode d’entretien des sols envers les risques de chlorose.
L’herbe retient les nitrates et les produits phytosanitaires retrouvés au sol et évite ainsi leur entraînement vers la nappe phréatique.
Enfin l’enherbement permet de réduire les traitements herbicides.

Les haies et zones écologiques de compensation :
Sur chaque exploitation un minimum de 5% de la surface doit être consacré à des zones de compensation écologique. Ces zones sont représentées par des haies, talus, murets, friches, et doivent être entretenues sans herbicides. Leur rôle est d’héberger et de nourrir la faune utile de la vigne. Tous les auxiliaires et ravageurs ne font pas la totalité de leur cycle sur la vigne, ainsi il leur faut des plantes hôtes qui permettent de les heberger hors période végétative de la vigne ou de les nourrir lorsque leurs proies ne sont plus présentes.

Sentier Viticole / Tourisme viticole :

Le tourisme viticole est un grand atout pour notre région. Quasiment chaque commune possède un sentier viticole que les vignerons s’éfforcent d’entretenir et de faire vivre par diverses manifestations tels que les sentiers gourmands. C’est dans ce cadre que l’association joue de son rôle social.

Plantation d’arbres dans le vignoble : A la Sainte Catherine tout prend racine.
Chaque année l’association Tyflo organise une journée de plantation d’arbres dans le vignoble. Cette manifestation a pour but de participer à la diversification du paysage et à la biodiversité de l’espace viticole.